Congrégation Historique Direction Enseignant Personnel contactez-nous
Activités: 2010-2011 /2011-2012 / 2012-2013
Vie de l'école : organigramme | Règlement | Thème de l'année | Calendrier | Circulaires | Photos de classes | Réception parents | CDI | Equipe spécialisée | Club | Formations
Comités
Liens utiles
Archives activités
   

Expériences en classe

Au Village des Sciences, où nous sommes allés en excursion, nous avons réalisé des expériences.
Cela nous a donné l’envie de le faire en classe, le 3 juin 2013.

Nous avons construit un circuit électrique comportant des lampes en série, reliées l’une à l’autre; une pile, source de courant; un voltmètre mesurant la tension électrique et un ampèremètre mesurant l’intensité du courant électrique. Dans ce circuit si une lampe est dévissée, les autres s’éteignent car le circuit est ouvert et le courant ne passe plus.
Nous avons aussi réalisé un circuit pareil mais avec les lampes en dérivation. Là, si une lampe est dévissée, les autres continuent à briller.
Voilà pourquoi dans les installations tous les appareils et les lampes sont montés en dérivation  et non en série.Ainsi, si un appareil tombe en panne, les autres continuent à fonctionner.
Charbel Hanna, Jad et Ziad Abi Rached, Stéphanie Haddad, Charbel Assal, EB7

 

Mon imagination m’a poussé à construire ce drôle d’objet constitué d’un moteur de jouet, d’une pile, de fer et de cylindres d’un vieux vélo, bons conducteurs de l’électricité et de plastique et de bois, isolants électriques.
En fermant l’interrupteur, le courant sort de la pile et arrive au moteur qui tourne et fait fonctionner les cylindres.
J’ai aussi construit cette barque qui peut se déplacer sur l’eau grâce à un moteur de jouet relié avec des fils électriques à une pile et un ventilateur d’ordinateur jouant le rôle d’hélice.
Mes deux réalisations sont des circuits électriques.
Havière Rameh, EB7

Nous avons traité l’eau pour la rendre presque limpide mais non potable.
Le matériel: une bouteille en plastique coupée à moitié, un papier filtre, un élastique, des pâtes, des haricots et des lentilles, du coton et de l’eau boueuse.
Le filtre fixé sur le goulot de la bouteille avec l’élastique, j’introduis le coton, les haricots, les lentilles et les pâtes qui représentent les couches terrestres.
Je verse l’eau boueuse qui traverse les différentes couches pour être plus ou moins filtrée.

C’est ce qui se passe dans la nature. La terre qui forme notre sol joue le rôle de filtre.
Cette eau s’infiltre dans le sol, tout en passant à travers les différentes couches qui forment le sol (couches de sable, différentes couches de roches).
Enfin, cette eau s’accumule sous forme de nappe souterraine, plus ou moins limpide mais non potable à cause de l’existence de microbes et de bactéries. On doit la traiter avant de la boire pour l’en débarrasser.
Rita Ghosn, Darine Issa et Elissa Elias, EB7

 

Moi, j’ai montré que la pesanteur diminue quand l’action est rapide et qu’elle augmente quand l’action est lente.
J’ai mélangé dans un verre de la farine et un peu d’eau. Cette solution représente la couche de sable dans le désert. Comme partout, la pesanteur exerce une force. Dans le sable, un homme peut se noyer. Ce crayon, que j’agite, représente l’homme qui court dans le désert, son action est rapide, ses pieds ne traversent pas le sable. Par contre, si je tiens le crayon immobile, qui représente l’homme debout en un point, il s’enfonce.
Marguerite Estéphan, EB7